Rechercher
  • P.Z

MON CHAT... UN THÉRAPEUTE AU POIL!

MON CHAT... UN THÉRAPEUTE AU POIL!

« Ronronthérapie »…vous connaissez ? Le nom fait sourire, et pourtant, c’est très sérieux. Le chat possède de véritables pouvoirs thérapeutiques : il nous apaise, nous déstresse, soigne nos insomnies et chasse nos pensées négatives !

Plusieurs études récentes montrent que les gens qui vivent avec un chat jouissent d’une meilleure santé psychologique que ceux qui vivent sans (In Tout sur la psychologie du chat de Joël Dehasse - Odile Jacob).

Des ronronnements qui guérissent Une étude d’Animal Voice, une association de recherche qui étudie la communication animale a repéré, statistiques à l’appui, qu’après des lésions ou des fractures, les chats ont cinq fois moins de séquelles que les chiens, et retrouvent la forme trois fois plus vite. D’où l’hypothèse d’une authentique action réparatrice du ronronnement : en émettant ce son, les chats résistent mieux aux situations dangereuses. » Car s’ils « vibrent » de bonheur en s’endormant, ils le font aussi quand ils souffrent et sont plongés dans des situations de stress intenses. D’un point de vue purement physique, ces sons sont des vibrations sonores étagées sur des basses fréquences de vingt-cinq à cinquante hertz. Ces mêmes fréquences qui sont utilisées par les kinés, les orthopédistes, et en médecine du sport pour réparer les os brisés, les muscles lésés et accélérer la cicatrisation.

« Le ronronnement utilise le même chemin dans le cerveau, à travers le circuit hippocampe-amygdale, une structure étroitement liée au déclenchement des émotions. Écouter ce doux bruit entraîne une production de sérotonine, l’“hormone du bonheur”, impliquée dans la qualité de notre sommeil et de notre humeur. » De même les ronronnements permettrais de réduire les désagrément du décalage horaire.

Une éponge émotionnelle Le chat ronronne pour se guérir, mais ronronne-t-il aussi volontairement pour nous faire du bien ? Sur cet aspect je laisserai mes patients vous raconter comment Bichat (c'est le nom de mon chat, celui de la photo) se blotti sur les genoux de mes patients quand les émotions sont fortes.

Le chat est champion pour nous débarrasser de nos énergies négatives. Le chat est capable de repérer notre détresse instinctivement, grâce aux phéromones que nous émettons (chaque émotion a sa propre odeur). Rien de très altruiste, donc. Sauf allergie aux poils de chat, il n’y a que des avantages psychiques et physiques à vivre avec lui.

Aaron Katcher, psychiatre américain, prouve en direct devant des caméras de télé que caresser un chat diminue l’anxiété, la tension artérielle, donc le risque d’infarctus. Dennis R. Ownby, responsable de la section allergologie et immunologie de l’université de Géorgie, aux États- Unis, conclut, au terme d’une étude de sept ans, qu’en étant quotidiennement au contact de chats, on s’expose à des molécules connues pour leur efficacité protectrice du système immunitaire. »

Des caresses antistress Le ronronnement n’est pas la seule «fonction » thérapeutique des chats. Certains ne ronronnent pas. Certaines personnes caresse leur chat doucement pour s’endormir. » Car le chat nous guérit aussi – et peut-être surtout – par les caresses que nous lui prodiguons, par les contacts physiques qui nous lient à lui.

Miaou !

Philippe Nissim Zarka Mon Thérapeute Émotionnel 058 331 0326 ou 0177502028 www.therapiesheli.com


0 vue0 commentaire