Rechercher
  • P.Z

𝙌𝙪𝙖𝙣𝙙 𝙡'𝙚𝙣𝙛𝙖𝙣𝙩 𝙣𝙚 𝙫𝙞𝙚𝙣𝙩 𝙥𝙖𝙨...

𝙌𝙪𝙖𝙣𝙙 𝙡'𝙚𝙣𝙛𝙖𝙣𝙩 𝙣𝙚 𝙫𝙞𝙚𝙣𝙩 𝙥𝙖𝙨...

Parfois notre inconscient, fruit de notre histoire, peut retarder ou même empêcher une grossesse.

La fertilité d’un couple résulte d’une alchimie mystérieuse, complexe et… incontrôlable. Or, un enfant ne se fabrique pas en «claquant des doigts», ce n’est pas si simple ! On peut vouloir consciemment un bébé, on le désire très fort, mais quelque chose à l’intérieur de soi résiste. A notre insu, notre inconscient est à l’œuvre et peut empêcher une grossesse, car le chef d’orchestre c’est lui ! Et quand il y a conflit entre l’inconscient et le conscient, c’est toujours l’inconscient qui gagne…

La force de l’inconscient Depuis trente ans, les traitements de l'assistance médicale à la procréation (AMP) ont énormément progressé. Pas les résultats. Pour les couples souffrant d'infertilité, les chances d’aboutir à une grossesse après une insémination artificielle, une fécondation in vitro ou un transfert d’embryon in utero sont en moyenne de 16 % (Agence de la biomédecine, année 2007). Ce chiffre est considérablement inférieur aux taux de réussite obtenus par insémination artificielle chez les animaux d’élevage. Que signifie cette différence entre le genre humain et le règne animal si ce n’est, selon moi, la force de l’inconscient.

Des facteurs bloquants et qui n'ont pas été digérés peuvent être une cause de l'infertilité Ces infertilités sont dues à des carences affectives, des deuils, des abus sexuels, des secrets de famille pesant sur plusieurs générations, des avortements, des fausses couches… Toutes les choses sur lesquelles des mots n'ont pas pu être mis et qui n'ont pas été "digérées". Devenir père ou devenir mère oblige également à renoncer définitivement à sa place d’enfant. C’est parfois presque impossible…

l’homme et la femme sont toujours impliqués de manière égale dans l’infertilité de leur couple. Il faut être deux pour enfanter mais aussi pour ne pas enfanter ! L’inconscient pèse très lourd… et déjà dans la rencontre amoureuse. Une femme peut choisir, sans le vouloir vraiment, un homme qui a autant de craintes de devenir père (et de raisons de ne pas le devenir) qu’elle d’être mère. Leurs inconscients se reconnaissent, et c’est à leur insu qu’ils mettent toute leur énergie à ne pas avoir d’enfant.

Le psychisme est tout à fait capable d’élever des barrières physiologiques pour éviter une maternité ou une paternité indésirable sur le plan inconscient.

Les personnes sont différentes, et les verrous de l’infertilité multiples! Ce n’est pas parce qu’un avortement a entraîné une culpabilité et pesé sur la fertilité de telle femme qu’il en sera de même chez une autre. Souffrir d’une mère ou d’un père absents peut conduire certes à l’infertilité, mais aussi à la boulimie, à l’anorexie ou à de multiples autres difficultés! Une même cause n’entraîne pas les mêmes effets. Quand on n'arrive pas à être enceinte, il est bon de s’interroger sur son enfance, et sur son histoire familiale transgénérationnelle.

L' importance de la thérapie : Chacun redevient sujet de sa propre histoire, se réapproprie son enfance, sa place dans sa famille, dans son couple… Les nœuds se desserrent. Parfois le travail thérapeutique permet de mettre à jour le désir profond… de ne pas avoir d’enfant.

J D S Alors si votre désir d'enfant est contrarié, n'hésitez pas à me contacter dès aujourd'hui.

𝗣𝗵𝗶𝗹𝗶𝗽𝗽𝗲 𝗡𝗶𝘀𝘀𝗶𝗺 𝗭𝗮𝗿𝗸𝗮 𝗠𝗼𝗻 𝗧𝗵é𝗿𝗮𝗽𝗲𝘂𝘁𝗲 É𝗺𝗼𝘁𝗶𝗼𝗻𝗻𝗲𝗹 𝟬𝟱𝟴 𝟯𝟯𝟭 𝟬𝟯𝟮𝟲 𝗼𝘂 𝟬𝟭𝟳𝟳𝟱𝟬𝟮𝟬𝟮𝟴 𝘄𝘄𝘄.𝘁𝗵𝗲𝗿𝗮𝗽𝗶𝗲𝘀𝗵𝗲𝗹𝗶.𝗰𝗼𝗺


0 vue0 commentaire